Vendredi 24 juin, j'ai pu assister à une journée de formation et d'échanges au Rocher de Palmer, organisée par l'hôpital de Cadillac, et en particulier par le Pôle de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent. Cette journée, accordée (avec traitement ?) par mon Inspectrice de l'Education Nationale, était intitulée "Lectures : mots & images comme outil thérapeutique - au travers de l'oeuvre d'Elzbieta".

IMG_0077

J'ai donc découvert cette  plasticienne polonaise née en 1936, illustratrice et auteure d'albums, principalement publiés aux éditions Pastel / L'école des loisirs mais aussi aux éditions du Rouergue. J'ai acheté 4 petits livres d'Elzbieta et j'ai été frappée après-coup par la connivence entre les titres choisis "au hasard" :

1) Petit-Gris (1995, lutin poche de l'école des loisirs) : "Quand il était petit, Petit-Gris attrapa la pauvreté. Toute la famille l'eut en même temps. Il n'y avait plus rien d'utile dans la maison. Ils auraient voulu que cela ne se voie pas, mais c'était impossible." [1ères lignes]

2) Petit lapin Hoplà (2001, Pastel de l'école des loisirs - exposition de planches originales au Rocher ce jour) : "Qui a fauché Petit lapin Hoplà ? Qui a conduit à l'hôpital Petit lapin Hoplà ? Qui a vu mourir Petit lapin Hoplà ? Qui pleurera Petit lapin Hoplà ?" [4ème de couverture]

3) Petit Mops (2009, éditions du Rouergue) : "Il suffit de suivre la ligne d'horizon pour découvrir les premiers pas de Petit Mops dans la vie. Il expérimente, il bute, il se trompe...mais le monde lui offre toujours, en réponse, de vrais moments de poésie. Ce livre, sans paroles ni couleurs, réunit les premières histoires pour enfants qu'Elzbieta publia en 1972 dans de nombreux pays, et qui n'ont jamais été éditées en France à ce jour." [4ème de couverture]

4) Petite lune (2013, Actes Sud collection encore une fois...) : "Tous les jours, longtemps longtemps après le matin, vient le soir. Alors, Nours appelle son Boubou. "Boubou, viens vite ! C'est l'heure de rentrer à la maison.""[1ères lignes]

IMG_0080

 Durant cette journée, il a été question, en puisant dans l'oeuvre d'Elzbieta et en prenant appui sur l'expérience clinique de soignants et de professionnels du soin et de l'enfance, de tenter de répondre aux questions suivantes :

Sachant que :

- "Au sein des établissements sanitaires, sociaux (crèches, MDSI,...) et médico-sociaux (IME, ITEP,...), les livres et la lecture sont reconnus pour éveiller et soutenir l'activité de symbolisation ;

- De manière universelle, les albums de littérature illustrée offrent un outil et un cadre propices à l'exploration du monde imaginaire et à la création, aussi bien chez l'enfant que chez l'adulte ;

* Comment la médiation que proposent ces oeuvres contribue-t-elle à la mise en mouvement de la construction narrative propre à l'individu ?

* Pourquoi dans le contexte actuel du tout-multimédia la valeur structurante de la parole n'occupe-t-elle pas systématiquement l'espace qu'elle devrait ?"

IMG_0076

 Les exposés, les échanges, les tables rondes ont été fort intéressants, de par la qualité des interventions. J'ai beaucoup apprécié l'approche de Raphaël Bouchard, directeur du Centre Hospitalier de Cadillac, et du Dr Caid, chef du pôle de pédopsychiatrie au Centre Hospitalier de Cadillac ; et surtout, j'ai adoré la complicité intellectuelle entre Jean-Marie Vigneaux, pédopsychiatre, et Dominique Rateau, orthophoniste de formation et présidente de l'Agence "Quand les livres relient". Tout ceci m'a nourri et m'a confortée dans mon idée que l'enfant et l'art ont quelque chose à voir... D'où peut-être cette double casquette qui me caractérise depuis quelques temps, et me pèse, me déchire un peu parfois... L'enfance de l'art, d'Elzbieta, n'est plus disponible, dommage...

IMG_0078

 Artistiquement vôtre,