12122942_1256235904390331_8063268580957338670_n

Une journée parfaite. J'ai commencé par peindre ce matin et suis arrivée là : "Homeless in France", acrylique sur toile, 70x50cm. Si cela ne vous plaît pas, aucune importance : ça m'a fait du bien ! Je suis bien d'accord avec vous et avec Richard Forestier, l'ex-directeur scientifique et pédagogique de l'école d'art-thérapie de Tours : "Si tout art est expression, toute expression n'est pas art." Certes. Pour ma part je préfère l'adage de Jean-Pierre Klein, son ex-ami et actuel rival, selon moi LE père de l'art-thérapie en France : "Si l'expression soulage temporairement, seule la création transforme [durablement]." En tout cas, j'ai peint, j'ai créé, je me suis exprimée, j'ai produit, ça m'a soulagée. De là à dire que je suis guérie (de quoi?), non. Mais bon. En une heure et demi, je me suis enlevé un poids. Un poids lourd !

Bref, la journée a commencé comme ça. Puis j'ai déjeuné - rapidement-, fait une légère sieste - se lever à 7h30 en vacances c'est pas humain ! - et suis partie rejoindre la petite M., cette jeune femme art-thérapeute pleine de ressources et d'envies !  Nous avons donc rencontré un grand bonhomme - du même acabit que R. Forestier et J.-P. Klein -, à savoir Guy Laffargue, qui propose, à Bordeaux, une formation unique en France, à mon sens complémentaire de l'art-thérapie : l'Art cru. Une belle rencontre, une météo parfaite, une ville lumineuse. Après quelques petits détours par des boutiques sympathiques, nous sommes allées boire un thé (vert à la menthe pour elle, au jasmin pour moi) au Santosha, où j'ai eu le plaisir de rencontrer une bonne partie de la famille S., ex-"deuxième famille" de mon fils... Nous avons terminé notre petit périple bordelais par la boutique ésotérique Les deux fées, où j'ai acquis une petite pierre noire qui repousse la colère et les ondes électromagnétiques - je n'y connais rien à rien - et un mini kit de méditation (un livre de suivi, un guide de méditation et un diffuseur d'huiles essentielles - je n'y connais pas grand-chose non plus, mais M. oui !). Et là, nous avons rencontré Martine, infirmière, danseuse et musicothérapeute !

La journée s'est pousuivie pour moi au Cuvier à Artigues-près-Bordeaux pour un atelier d'écriture intitulé "Le texte d'après". Nous étions cinq femmes à échanger sur la dernière pièce du Bordelais Michel Schweizer "Primitifs", vue vendredi soir au Centre de Développement Chorégraphique. Bientôt nos textes seront en ligne sur le blog du Cuvier ; affaire à suivre, donc !

IMG_3771

Cette deuxième photo montre différents objets qui constituent autant de traces écrites personnelles en rapport avec la danse : en haut mon carnet "@mouvements.com", exposé à la Halle des Chartrons en mars 2013 dans le cadre du festival Swing'Art ; puis au milieu, de gauche à droite : mon nouveau carnet, offert par le merveilleux magazine Flow et mon abécédaire de la danse, en cours de production ; enfin en bas, toujours de gauche à droite : mon agenda (perpétuel) de la danse - objet tellement précieux qu'il est resté vierge - et un de mes carnets de danse, dans lesquels je colle mes billets de spectacles, des cartes postales, des brochures, des programmes, des flyers... J'en suis au 5ème !

Pour l'heure je vous accueillerai à l'atelier "Pleine conscience et arts multiples" - c'est ce que j'ai trouvé de mieux pour qualifier le contenu des séances - samedi 24 octobre à 10h15 salle E. Richard à Floirac [bus n° 27 arrêt "square Monrepos"].

Artistiquement vôtre,