Pyramide-de-Maslow

C'est la mère de Xavier qui m'a contactée fin mars. Son fils a besoin d'aide, elle est inquiète. Ils ont vu plein de médecins, de spécialistes en tous genres. Il a passé plein d'examens. Dont une colioscopie, vous savez ? Il a mal au ventre. Souvent. Très souvent. Enfin moins cette année que l'année dernière. Là, il redouble sa Terminale S. Parce que l'année dernière, il n'a pas eu son Bac S. A cause de l'absentéisme. Il a loupé trois semaines. Ou alors c'était en seconde... A cause de son ventre. Il a le syndrome du colon irritable. C'est un médecin de l'Institut Bergonié, du centre anti-douleur, qui l'envoie. Il m'a recommandée... C'était soit un hypnotiseur (à Bordeaux), soit une art-thérapeute (à Floirac de préférence). L'hypnose, elle n'y croit pas trop la mère de Xavier, ça lui fait un peu peur. L'art-thérapie, elle ne connaît pas, elle est curieuse de voir ce que c'est. Si ça peut soulager son fils. Et l'aider à avoir son Bac S.

Nous convenons donc d'un rendez-vous rapide. Samedi prochain, de 10h15 à 11h45, ça irait ? Un entretien préalable. Pour bien cerner la problématique de son fils. Pour répondre à ses questions sur l'art-thérapie. Pour savoir si Xavier a un goût pour l'art [La musique oui, il dessinait beaucoup quand il était petit, mais pas la danse, non.]. Pour expliquer la méditation de pleine conscience.

J'apprendrai plus tard que Xavier a été diagnostiqué dyspraxique à l'âge de 10 ans, grâce à son instit qui a décelé le problème. Il a été suivi. Plusieurs années. Maintenant il compose : il utilise son ordinateur et bénéficie d'un tiers-temps au lycée. Xavier est aussi taxé d'obésité ; il a donc été suivi par une diététicienne. Et a vu une pédopsychiatre. Mais plus maintenant. Xavier connaît ses soucis de ventre depuis cinq années déjà. Il a subi une fibroscopie, une colioscopie, des échographies, ..., peut-être même une IRM. Xavier est très anxieux - sa maman aussi -, il ne dort pas bien, enfin il ne s'endort pas facilement, et se réveille en pleine nuit. Après il ne dort pas et donc somnole toute la journée, ou alors il se lève à 14h - c'est un ado - mais quand il a cours "il se lève tout de même pour voir si la douleur est supportable". Il n'a pas eu son Bac S, et ça l'inquiète, la mère. Il faut dire qu'il y a onze ans, la mère de Xavier a perdu son père. Suicide. Par pendaison. C'est sa propre mère qui l'a trouvé.  C'était fait pour. C'est dur. Elle a beaucoup grossi elle aussi, qu'elle dit. Et c'est là que ça a commencé les problèmes de poids et de ventre. Elle me confiera une autre fois, entre nous, que son fils reste jusqu'à 45 minutes aux toilettes chaque jour. Elle trouve que c'est beaucoup.

Xavier est un jeune homme charmant. Intelligent. Curieux. Disposé. Aimable. Il veut surtout faire plaisir à sa mère, je me dis. Elle est tellement triste. Elle veut tout, fait tout pour son fils. Le père ? Oui, il vit sous le même toît. Des activités en commun ? Pas vraiment, de manière exceptionnelle seulement. Mais jamais sans la mère. Jamais en duo. Le père ne veut pas "faire des choses seulement avec " lui. Le fils souffre de ça, il aimerait un peu plus de démonstrations. Surtout depuis cinq ans. C'est beaucoup cinq ans quand on n'en a que 18. Ce jeune homme porte toujours une veste de jogging par-dessus son T-shirt ; il transpire beaucoup qu'il dit ; ça se voit ; il n'aime pas ; ça le gène. Non, Xavier ne déjeune plus au restaurant scolaire : il n'aime pas trop ce qu'on lui propose à la cantine, ça le rend malade, "suffisamment pour avoir du mal à suivre en cours l'après-midi". Alors il mange chez lui, ou des sandwichs.

Après dix séances de prise en soin, dont quatre d'art-thérapie techniques mixtes, Xavier a eu le plaisir de m'annoncer qu'il avait eu son Bac S. Qu'il était à 16 points de la mention. Il a eu 17 en philo. "J'y croyais pas trop, enfin si, mais pas trop ; j'étais stressé ; ça a marché ! J'suis content. L'art-thérapie, ça marche !" m'a-t-il offert mercredi 8 juillet 2015. "Je suis fier de moi.", a-t-il ajouté en guise cerise sur le gâteau.