IMG_2483Voilà un mois que je n'ai pas écrit sur ce blog... Les fins d'année scolaire sont toujours difficiles... Et c'est encore davantage le cas lorsqu'il faut anticiper sur l'année d'après quand on change d'école, tout en essayant de boucler tant bien que mal, entre deux formations et deux sorties scolaires - celle en cours, et de gérer le présent très aléatoire - un départ, une arrivée, des OQTF, un courrier du Trésor Public pour une famille, les attestations d'assurance, ... A la maison, des soucis - genre cauchemar domestique dû à une invasion d'asticots, porte du frigo qui lâche, rideaux qui s'écroulent, dégat des eaux et culture de champignons indoors ... Donc grosse rhino-pharyngite la semaine dernière, avec fièvre et tout le bataclan ... Bref, ça sent quand même la fin ! Et puis dimanche 21 juin je danse (avec Isabelle Lasserre) à la Guinguette Alriq dans le cadre du Bliss Yoga Festival du Bivouac de Darwin [...!...] et le samedi 27 juin je danse (avec Camilo Arenas) au parc L'Ermitage de Lormont !

J'ai quand même réussi à trouver mes deux magazines préférés ; je crois que je les lirai cet été... Ce numéro 3 de Flow est encore un bijou, plein de cadeaux... En le feuilletant vite fait, je suis tombée sur les pages 130 et 131, rubrique "Comment faire" : Méditation, un texte de Otje van der Lelij

1. Commencez, tout simplement.

La méditation, ça fait du bien. Des études le prouvent. Mais le premier pas est toujours un peu difficile, on hésite à s'y mettre. Le meilleur moyen, c'est de ne pas le prendre trop au sérieux et de se lancer. Il suffit de s'asseoir et de ne rien faire pendant environ cinq minutes.

2. Installez-vous au calme.

Pas besoin d'adopter la position du lotus, il faut juste être confortablement assis avec le dos bien droit pour pouvoir respirer profondément. Imaginez que votre tête est un ballon qui s'élève lentement.

3. Concentrez-vous.

Inspirez et expirez régulièrement. Vous devez sentir l'air circuler dans vos poumons. Vous pouvez aussi vous concentrer sur autre chose, par exemple une phrase, un objet ou une belle image. Peu importe. Le calme se fait dans votre tête. Au début, tout un tas de pensées viennent s'immiscer dans la méditation, mais si vous ne leur prêtez pas attention, elles se font de plus en plus discrètes. Un mantra efficace : "J'ai des pensées, mais je ne suis pas mes pensées."

4. Ayez de la patience.

Ne vous agacez pas si vos pensées prennent des chemins de traverse. C'est normal que votre esprit, qui tourne à plein régime, s'égare un peu. Reportez simplement votre attention sur votre focus.

5. Premiers effets.

Il est possible qu'au début vous vous sentiez plus mal. Sans distraction extérieure, les douleurs et les angoisses se remarquent plus. Prenez-en conscience et continuez à méditer. On ne fait pas disparaître les tensions en les repoussant. C'est en acceptant la douleur qu'on peut la gérer.

6. Des résultats rapides.

Pas besoin de pratiquer pendant des mois pour ressentir les effets positifs de la méditation. Des études montrent qu'on ressent des changements après seulement quatre séances de vingt minutes : on est en meilleure forme, moins angoissé et on peut mieux se concentrer.

Bon à savoir

Le cerveau produit des ondes alpha après vingt minutes de méditation. Le cerveau des moines bouddhistes - des sportifs de haut niveau de la méditation en quelque sorte - produit des ondes apaisantes même lorsqu'ils ne sont pas en train de méditer. Pratiquer régulièrement en vaut donc la peine : plus on médite, plus on est calme et attentif [comme une grenouille - cf. Eline Snel, éditions Les arènes, 2010 ; http://www.commeunegrenouille.fr ]. Méditer favorise en outre la créativité et la confiance en soi, réduit les douleurs et les infections, et fait baisser la tension artérielle.

D'où la relation avec l'art-thérapie... Depuis quelques semaines je propose à un jeune patient des séances qui débutent par une méditation de pleine conscience de plus de 10 minutes [Le scan corporel, 18 minutes ; Solide comme une montagne, 13 minutes], qui se poursuivent par un temps de pratique artistique (mouvement dansé, arts plastiques ou graphiques) et se terminent par une courte méditation de moins de 10 minutes [Patience, confiance et lâcher-prise, 7 minutes]. Pour ce faire, j'utilise le deuxième ouvrage d'Eline Snel "Respirez - La méditation pour les parents et les ados de 12 à 19 ans, éditions Les arènes, 2014.

Et puis le célèbre et très sérieux Vidal a publié le 12 juin un article qui relate les bienfaits de la méditation de pleine conscience, aussi efficace que les antidépresseurs, en prévention des récidives de la dépression :

http://www.vidal.fr/actualites/15711/prevention_des_recidives_de_la_depression_la_meditation_en_pleine_conscience_aussi_efficace_que_les_antidepresseurs_etude/

Quant à la revue Ballroom, je vous en parle plus tard !

Artistiquement vôtre,

IMG_2484