imagesX67RU2MX

Respire. Ce roman écrit par une jeune fille de 17 ans, Anne-Sophie Brasme, est "d'une vérité hallucinante". Je l'ai lu il y a quelques mois avec bonheur, même s'il décrit les cruautés de cet âge ingrat qu'est l'adolescence. Mélanie Laurent l'a adapté au cinéma ; il est interprété par Joséphine Japy, Lou de Laâge et Isabelle Carré. Je ne l'ai pas encore vu ; il faut dire qu'il est passé dans peu de salles, donc à vos streamings et autres replays... Mais je tenais à en dire un mot parce que le billet que j'ai écrit sur mon blog http://www.artobaz.artblog.fr est passé aux oublietttes...

Un mot aussi de Post-partum, le premier long métrage de la cinéaste belge Delphine Noels, présente lors de la projection unique au cinéma Utopia de Bordeaux [ http://www.cinemas-utopia.org ] le 6 mars 2015. Synopsis : "Luce et Ulysse s'aiment. Ils vivent une vie pleine et heureuse à la tête de leur petite clinique vétérinaire, le long de la côte atlantique [là où l'océan n'est pas un long fleuve tranquille...]. Luce attend un heureux événement. L'avenir est radieux [mais le film sombre, dès le début]. A priori... Car à la naissance de la petite Rose, rien ne se passe comme prévu... Luce perd pied devant les pleurs incessants de son bébé... Pourquoi diable pleure-t-il? Serait-ce pour l'avertir de quelque chose? Quel amour ressent-elle pour son enfant?..." Le film est construit crescendo, l'intrigue est celle d'un thriller, les acteurs (Mélanie Doutey, Jalil Lespert, Françoise Fabian) [Plus de 50 bébés ont participé au film...] sont phénoménaux. Le sujet est remarqualblement bien traité, tout y est, ni trop ni trop peu, trop peut-être quand même... Certaines scènes sont choquantes. La maladie mentale de Luce y est dépeinte sans complaisance, et pourtant on s'attache à ce personnage de mère indigne psychotique, incomprise, effrayée et effrayante. Un film à soutenir, qui ne peut pas être distribué en France, parce que les Français sont des gens trop sensibles, et puis vous savez, c'est la crise... Cette jeune femme en souffrance est mal entourée et mal accompagnée ; d'ailleurs, prend-elle son traitement ? Un art-thérapeute, dans une institution, au sein d'une cellule mère-enfant, aurait-il pu l'aider à ne pas passer à l'acte ?

Sans transition [...] je voudrais vous dire que je ne vais pas vous parler aujourd'hui de la conférence [affiche_conference_bordeaux] de Richard Forestier à Bordeaux le 27 février dernier : je vous en parlerai prochainement, dans un article entièrement dédié, qui s'intitulera [Merci à Catherine M !] : "De l'art de la digression..." En attendant une petite vidéo qui montre ce que peut être l'art-thérapie en oncologie :

Tutoriel Soins de support - L' Art Thérapie

Et bientôt, un petit billet sur la sophrologie et ses bienfaits, le reiki et ses apports, soins complémentaires à l'art-thérapie dite soin de support, discipline paramédicale, "médecine de l'imaginaire" mais aussi technique de bien-être, méthode de développement personnel, outil de résilience, méditation en mouvement... avec un objectif principal : améliorer la qualité de vie des personnes en souffrance.

Artistiquement vôtre,

13505_726218800809139_1306518892690159297_n

Mes élèves en séance de danse contemporaine mardi 10 mars